13 mai 2007

Et le 7ème jour, Dieu créa les jeux Simpsons

Dimanche dernier, j'ai senti toute votre tristesse de ne pas avoir de rubrique. S'en est suivi une sensation de manque et le besoin d'un substitut, qui vous ont conduit à des blogs franchement plus mauvais (gameblog, kotaku,...). Mais je vous rassure, la rubrique du dimanche, la voilà! Elle ne sera pas présente toutes les semaines, mais montrera le bout de son nez quand l'actualité s'y prêtera, au travers d'un aperçu des franchises de jeux vidéo existantes qui m'ont marqué depuis ma prime jeunesse, et leur historique. En attendant, avec l'annonce cette semaine d'un nouveau jeu Simpsons, revenons sur leur pérégrinations virtuelles.


Tout commence en 1991, avec la sortie de The Simpsons : Bart Vs. the Space Mutants (Acclaim). Sorti sur de multiples supports, c'est sur Nes que j'ai eu l'honn... la chan... le droit d'y jouer. Comme le titre l'indique, Bart se retrouve dans un Springfield où il est le seul à pouvoir enrayer l'invasion extraterrestre. Pour cela, il doit récupérer avant eux les objets susceptibles de servir leur démoniaque dessein de construction d'une terrible arme. C'est dans cette optique qu'il se doit de mettre la main sur tous les objets violets qu'il rencontre : pots de fleurs, panneau de signalisation,... Différents éléments viendront compléter son inventaire pour faciliter sa quête : lunettes de soleil permettant de différencier les extraterrestres des humains, bombes de peinture pour changer la couleur d'objets pourpres,... Lorsque j'ai découvert ce jeu, j'étais assez jeune. En combinant ma faible expérience avec la difficulté de ce titre, je dois vous avouer que je ne suis jamais allé bien loin dans le soft. Mais ce Bart Vs. the Space Mutants reste l'un de mes premiers souvenirs vidéoludique. Snif.

Toujours à la même époque, je me rappelle être allé en Espagne. Sur place, vacances, soleil, plage, Papa et Maman contents, ... Et dans cette bonne humeur ambiante, mes parents nous avaient permis à mon frère et moi de jouer à une borne Simpsons, que nous avions repéré dans la salle d'arcade locale. Et ça a dû leur coûter beaucoup, puisqu'ils n'aiment pas les Simpsons ("la mère a une voix insupportable"), et qu'ils ne voyaient pas trop leur enfants de 8 et 10 ans jouer à un beat them all. Mais le regard de chiens battus d'un enfant peut tout faire! Et c'est ainsi que nous avons découvert cette sombre histoire de Smithers qui vole un diamant, mais ce dernier tombe malencontreusement dans la bouche de Maggie à la place de sa tétine, et Smithers embarque alors le bébé. Oui, je sais, ni queue ni tête... Mais tous les prétextes sont bons pour nous mettre dans la peau de Homer, Marge, Bart ou Lisa, seul ou à deux. J'ai deux souvenirs sur ce jeu : tout d'abord, il était très plaisant à manier, et il méritait qu'on y joue tous les jours ("Papa, on va jouer à la borne Simpsons? -Non ; Papa, on va jouer à la borne Simpsons? -Non;..."), et ensuite, plus important, on pouvait balancer les ennemis à l'écran! Une touche "prise" offrait la possibilité d'agripper un ennemi, et soit de le lancer dans le décor, soit de le faire s'écraser pitoyablement la tronche contre l'écran, nous offrant un gros plan d'une tête simpsonienne, langue tirée. Et quand on sait que c'est Konami qui est derrière cette production, je comprend mieux pourquoi je prenais tant de plaisir à y jouer.

S'ensuit, de 1991 à 1994, une quantité de jeux action / plateforme / aventure sur tous les supports imaginables, mettant souvent en scène Bart (le héros de tous les petits garçons du monde à cette époque) et édité par Acclaim (sauf un épisode sur PC par Konami). Puis, la licence Simpsons flotte pendant quelques années en eaux troubles, avec un seul jeu de 1995 à 2001 (Virtual Springfield sur PC), avant d'être repris en main par THQ, puis EA en 2001. Depuis lors, les jeux issus de la série sont plus connus du public, grâce à la mise en route de la lourde machinerie publicitaire de la société. Sortant à un rythme moins effréné qu'au début des années 90, deux des quatre softs mis sur le marché connaîtront même un succès tout relatif : Road Rage (Clone de Crazy Taxi, sans en atteindre le niveau) et Hit & Run (Gta-like, mais sans égaler son modèle). N'ayant joué à aucun de tous les titres cités dans ce paragraphe, je vous invite à les découvrir sur le site The Simpsons Park.

Depuis fin 2003, nouveau silence radio, jusqu'à l'apparition du compte à rebours sur le site d'EA la semaine dernière, et la levée du voile mercredi sur ce que sera le prochain jeu Simpsons. Quelques vidéos sur ce titre ont bourgeonnées à droite à gauche sur la fusée de l'information qu'est Internet. On peut voir un titre new gen en cel-shading soigné, quoiqu'un peu vide, permettant de contrôler les différents membres de la famille, chacun ayant leurs capacités spéciales. Mais comment cela se fait-il, me direz-vous? Et bien, prenant conscience de leur présence dans un jeu vidéo, ils décident de s'attribuer des pouvoirs de super héros, et d'en profiter pour éliminer les différents personnages de la série pour ainsi se sortir de leur geôle virtuelle. De ce qui a été présenté, je n'ai pour l'instant pas vu de gameplay réellement attirant, ni la touche humouristique qui est propre à la série (Homer qui peut se transformer en Gromer pour rouler et tout écraser, c'est bien, mais une capacité lui permettant de tout manger aurait mieux collé au personnage). Mais comme on dit (trop) souvent : wait & see. Et espérons que le jeu en vaudra la chandelle...

En attendant, je vais vite rattraper le temps perdu, puisque j'ai la NES d'un pote à la maison (salut billups!), avec une copie de Bart vs. the Space Mutant!

2 commentaires:

billups a dit…

salut!

o.j. simpson a dit…

il a quand même l'air marrant ce petit simpson game sur 360. Une sorte de lost vikings next gen à springfield ca a l'air pas mal