29 novembre 2007

Je dis que la Virtual ne Console pas les joueurs

Aujourd'hui, j'ai reçu la capote pour Wiimote. Première surprise : ça a à peine mis une semaine pour arriver à destination. Deuxième surprise : il n'y a qu'une seule surprise, puisque le bout de silicone est comme je m'y attendais, à savoir bien foutu, vraiment efficace, mais moche. Maintenant que je l'ai enfilé, je peux l'enlever et l'oublier dans un placard. Bizarre, ça me rappelle quelque chose...


Après tant d'élégance, le sujet du jour : la Virtual Console. Avec "7,8 millions de téléchargements dans le monde pour 3,5 milliards de yens de chiffres d'affaires (21 millions d'euros)" (je ne fais que citer Gamekult), le service connaît une succès fulgurant, tout comme la console qui l'accueille. Mais est-ce mérité?

La principale critique formulée à l'égard de la plateforme de téléchargement est le tarif prohibitif des jeux. Pour des antiquités déjà bien rentabilisées à leur époque, payer entre 5 et 10€ pour y rejouer alors que l'on a même pas à payer de support vu qu'il est virtuel, c'est moche. Mais si ça vaut le coup...

Il existe deux catégories de Virtual joueurs : les hardcores et les casuals. Et oui, comme dans la vraie vie des jeux vidéo. Les hardcores ont une connaissance, ou un amour, très approfondie des oldies, et en téléchargent par pelletée entière. Les casuals, eux, en achètent occasionnellement. Comme dans la vraie vie des jeux vidéo, j'vous dis! Bref, l'impact ne sera pas le même selon votre manière d'aborder le service. Et il est clair que les Virtual hardcores ont bien du soucis à se faire pour leur pognon.

Mais si on prend mon exemple, la Virtual Console est du pain béni. J'ai trois jeux : Zelda II et Super Mario World, pour ce qui est des jeux auxquels je n'avais jamais joué, et Landstalker pour le jeu auquel j'ai toujours eu envie de rejouer (et pour le remake duquel j'ai acheté la PSP, en vain). Je suis bien content car je me limite vraiment à des perles (selon mes critères), et les environ 25€ que j'ai dépensé ne me gênent pas. Et puis, c'est aussi un travail de mémoire que remplit Nintendo en donnant aux plus jeunes et à ceux qui ne jouaient pas à l'époque de revivre cette période ô combien importante et mythique pour le médium (comme toutes les périodes à leur manière). Mais pour quelqu'un qui veut se forger une culture vidéoludique importante, et pour qui la quantité est un leitmotiv, c'est une bonne grosse arnaque à la Christophe Rocquencourt.

Il y a quand même autre chose qui me chiffonne... En vendant ces jeux, ils se font quasiment 100% de bénéfice. Alors pourquoi ne pas rendre plus juste le service? Je m'explique : Nintendo a annoncé vouloir permettre aux joueurs d'échanger leurs points étoiles (ceux que l'on obtient en achetant des jeux pour Wii, DS et GBA) en points Wii. Toutes les personnes inscrites sur le site Nintendo ont dû s'engager sur Internet, et certifier qu'il était au courant que les points étoiles ne seraient disponibles qu'un an à compter du jour de l'envoi de l'autorisation et de l'acceptation du deal. Sauf que ça fait maintenant 5 mois, et que je sens poindre l'arnaque... Quoiqu'il en soit, espérons que cet échange soit vite disponible, puisque cette méthode paraît juste (on achète en fait un jeu neuf + un morceau d'une oldies).

Autre idée, mais cette fois plus ludique, est d'associer une notion de jeu à l'ensemble, et non une notion pécuniaire. Imaginez un système de Gamerscore sur Wii (en jouant à différents jeux sur notre console, on gagne des points qui n'ont aucune valeur, mais notre profil rentre dans un classement mondial type highscore de borne d'arcade). Et imaginez maintenant qu'à chaque palier, on gagne un certain nombre de points Wii pour acheter des jeux VC. On aurait alors une vraie récompense pour nos performances in game. Bien sûr, ce ne serait qu'une petite somme de points (ça ne coûterait presque rien à Nintendo et aux autres éditeurs), et pour se faire une vraie collection VC, il faudrait toujours mettre la main à la poche.

Encore plus ludique : jouer ces points de Gamerscore. Imaginez que Nintendo développe plein de petits jeux propices aux paris. Chaque joueur pourrait alors se confronter à d'autres gamers, et jouer ses points pour essayer de gagner ceux des autres (jeu de caisse, poker,...). Ou juste jouer à un soft type roulette pour essayer de multiplier ses gains. Mais bien qu'intéressant, ce principe pose le problème des jeux de hasard et d'argent, car ces points correspondraient finalement à des euros, puisque l'on peut les échanger contre des jeux.

Je dis que le succès de la VC est mérité, mais qu'il y a encore potentiellement beaucoup de chose à faire pour rendre la plateforme de téléchargement incontournable. Faire payer les jeux, OK, mais il serait temps de récompenser les joueurs en jeux VC, surtout avec l'argent que se fait Nintendo...

PS : Si Microsoft et Sony m'entendent, ces conseils marchent aussi avec eux...

2 commentaires:

Hell Pé a dit…

Je voudrais savoir un truc : comment tournent les jeux CV que tu as achetés ? Je sais que c'est de toute façon du 50 Hz, mais est-ce bien optimisé ?

Pigiste a dit…

ça tourne comme un charme. Je n'ai pas vu de différence avec quand je branche une vieille console.