19 février 2008

Le mardi, c'est permis de mourir

Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas lancé dans un jeu, et j'y ai remédié hier en commençant l'Episode One d'Half-Life². J'avais une envie de frags, et je me suis dit que le moment était venu de poursuivre l'aventure avec Gordon Freeman pour mettre fin aux agissements du Cartel et des bestioles de l'espace. Ce que je n'avais pas prévu, c'est qu'en une heure et demi de jeu, je n'ai pas fait un seul frag alors que j'ai déjà traversé un bon tiers de l'épisode. La durée de vie ne me pose pas de problème, vu qu'on était prévenu et que ça reste un add-on, donc forcément plus court que l'original. Non, c'est plutôt le gameplay en lui-même qui me déçoit, par son manque de punch et d'originalité. Mais là encore, on était prévenu, vu que l'Episode Two est clairement meilleur que le One selon les différents tests. En attendant, j'ai pas eu ma dose de headshots...


Après les rumeurs, la nouvelle est officiellement tombée : le HD-DVD est mort. Après s'être mis d'accord pour laisser le marché décider du vainqueur de la course à la haute définition (les deux acteurs n'avaient pas réussi à se mettre d'accord sur un format), Sony et Toshiba sont parvenus au terme de leur bras de fer qui avait vu les jeux vidéo impliqués malgré eux dans ce combat.

Avec la volonté des constructeurs de faire des consoles des plateformes multimédias abouties (ce que les constructeurs de PC essayent de faire depuis de nombreuses années), ce duel dépassait largement le cadre de l'industrie vidéoludique. En effet, le seul lien entre les les deux marchés étaient que Sony propose ses jeux PS3 sur Blu-ray Disk, puisque leur capacité permet d'accumuler un nombre considérable d'informations contrairement au DVD (50Go contre 8). Mais sinon, c'est surtout la victoire pour un support de films qui était en jeu.

Les jeux vidéo sont devenus le principal acteur de cette affaire pour des raisons financières, évidemment. Nintendo s'est de suite mis en marge de la compétition en n'optant pas pour la course à la technique. Sony, fort de leur expérience lors de l'intégration d'un lecteur de DVD dans la PS2 (ce choix avait boosté les ventes de la console, puisqu'à l'époque, elle était moins cher qu'une platine DVD), ont voulu profiter de la force de la marque Playstation pour imposer leur nouveau format. Quant à Microsoft, leur soutien au HD-DVD tenait plus de la guerre ouverte à Sony, et du brouillage du marché en vu de développer la Video on Demand, que de la véritable conviction que le format de Toshiba s'imposerait. Et oui, les jeux vidéo prennent de l'importance, mais reste encore juste un outil pour l'industrie du cinéma...

Ce qui me chiffonne (y'avait longtemps...), c'est que finalement nous, joueurs, avons été embêté pendant au moins 2 ans (depuis l'annonce de la présence du Blu-Ray sur PS3 et du HD-DVD sur 360) avec cette guerre des formats. Avec le recul, maintenant que cette mascarade est terminé, je me rend compte que cette histoire est venue polluer le média ludo-numérique, ne servant qu'à alimenter les gueguerres de fanboys. Ce que veulent les joueurs, même les plus cinéphiles, c'est principalement de jouer avec leurs consoles. Si ces dernières proposent une fonctionnalité supplémentaires qui permet de lire des films en HD, c'est un plus, mais que la mésentente entre Sony et Toshiba viennent empiété sur un marché qui n'a rien demandé, ça montre que les jeux vidéo restent encore aux yeux de tout le monde un second couteau du divertissement.

Je vous vois déjà me dire que le Blu-Ray est une composante essentielle de cette nouvelle génération de console, mais en réfléchissant, pas vraiment. Si Sony n'avait pas adopté ce type de gravure pour sa console, on aurait eu, quand cela le demandait, des jeux sur 2 ou 3 DVDs, et c'est loin d'être la mort. Et si ils voulaient absolument mettre une lentille bleue dans leurs PS3, ils pouvaient le faire juste comme outil de stockage (après tout, les CD sur Playstation première du nom était bizarroïde sans pour autant qu'on en fasse un nouveau format).

Le principal reste que tout cela est maintenant terminé, et les fanboys doivent profiter des derniers jours de défoulement que leur apportait cet argument, qui n'en est pas un pour les jeux vidéo à proprement parlé. Et maintenant qu'un format s'est imposé, le consommateur va enfin avoir le temps de se mettre à la HD. Parce qu'en plus de nous casser les pieds dans les jeux vidéo, ils en font tout un pataquès alors que beaucoup de monde se contente amplement du DVD des familles.

Et si, alors que Sony croit avoir gagné la guerre, le conflit ne faisait que commencer, avec un Blu-Ray qui doit prouver sa légitimité aux yeux des consommateurs qui en ont marre d'être pris pour des vaches à lait? Marketing : à l'attaque!

2 commentaires:

brice a dit…

Pour avoir fini tous les half life episode one est vraiment mu à démarrer y'a 2 3 bons passages vers la fin mais bof bof par contre episode two lui est bien supérieur on ne s'ennuie pas une seconde!

Pigiste a dit…

c'est ce que j'avias cru comprendre et ça me rassure. Le meilleur est à venir