12 février 2008

Le mardi, c'est permis de se remettre en cause

J'ai flippé. Aujourd'hui, j'ai reçu mes cadeaux du Club Nintendo : un porte-clefs et un range-jeux. J'ouvre donc ma grosse enveloppe pour sortir d'abord un ridicule porte-clefs plutôt moche, mais ça, j'étais prévenu. Par contre en déballant le range-jeux, je faisais moins le malin. Pourquoi? Parce qu'en le sortant, je vois sur le mode d'emploi que c'est un range-jeux ... DS. Quoi?!? Mais il n'avait jamais été question que ce ne soit qu'un range-jeux DS! Je le monte donc avec la furieuse impression d'avoir pris une boîte de jeu DS là où ça fait mal, pour finalement me rendre compte que ça marche aussi avec les boîtier type DVD. Ils ont sûrement précisé DS parce que le format des boîtes Wii est un standard qu'ils partagent avec la 360, la PS2, les DVD, et bien d'autres encore, et qu'ils ne souhaitaient vraisemblablement pas associer leur produit à d'autres consoles. Et ils avaient bien vu car dès le départ, je comptais sur ce range-jeux pour ordonner mes titres 360 qui traînent depuis des mois sur la tour de mon PC. L'ironie du sort qu'on appelle ça.


Dernièrement, j'ai eu quelques conversations avec ma chère et tendre sur la légitimité des jeux vidéo dits violents, et notamment les jeux de guerres. Moi, joueur lambda qui touche un peu à tout, vs. elle, jeune fille qui est contre toutes formes de violence. Le débat est éculé, mais finalement, ça fait du bien d'en parler parfois.

Le débat était axé sur la raison qui pousse les développeurs à créer de tels jeux et qui font que les joueurs ont envie d'y donner quelques heures. Et il est vrai qu'il y a de quoi s'interroger : pourquoi vouloir faire du mal à autrui? Evidemment, la première chose qui vient à l'esprit est que ce n'est pas réel. A aucun moment dans un jeu on est content de tuer réellement quelqu'un. Ensuite, ce genre de titre est normalement réservé aux adultes, puisque un tel niveau de violence pourrait, il est clair, détraquer l'esprit en construction d'un enfant qui cherche encore ses marques et le juste milieu au sein de la société.

Ce préambule terminé, je me suis ressassé les raisons qui nous poussent, généralement les garçons, à vouloir canarder à tout-va. La première qui me vient à l'esprit est l'instinct du chasseur. C'est peut-être moins le cas maintenant, mais durant des milliers d'années, le mâle humain a été forgé pour se mouvoir et utiliser l'environnement afin d'attraper du gibier pour se nourrir. Je peux bien sûr me tromper, mais il me semble que c'est cette instinct de recherche, de traque puis de chasse qui nous pousse en premier lieu à apprécier ce type de jeu. Trouver une couverture, se déplacer furtivement, viser son adversaire tout en évitant les attaques de ce dernier sont autant d'éléments que le chasseur doit gérer pour parvenir à ses fins. Maintenant que nous sommes dans une société qui ne nous demande plus de chasser par nous-même, nous devons trouver un exutoire pour évacuer cette démangeaison qui rappelle à notre esprit les nécessités de nos ancêtres. Mais pas uniquement.

L'autre aspect à prendre en compte est l'instinct de protection et la reconnaissance que l'on peut en tirer. Encore plus ancien que l'instinct du chasseur, l'instinct de protection dicte aux mâles que c'est à eux de protéger les leurs quand il s'agit de conflits physiques. Visuellement, ça se reflète par une stature plus vigoureuse (je ne vous apprend rien), et dans l'esprit, ça se traduit par le besoin d'être le premier rempart lors d'une attaque. Les jeux vidéo dont on parle aujourd'hui jouent également sur cette corde, puisque l'enjeu est toujours préserver ses proches ou de carrément sauver l'humanité. Et comme pour l'instinct du chasseur, nous avons, nous, la chance de ne pas avoir à trop user de notre instinct de protection. Reste juste à savoir si nous ressentons le besoin de faire travailler ses instincts pour les entretenir ou pour les refouler...

Pendant que je déclamais mon argumentaire sur les instincts et tout le bazar, Mademoiselle a fait mouche en disant le plus simplement du monde que les jeux n'étaient pas obligés de nous faire tuer des êtres humains, notamment dans les jeux de guerre. Et finalement, oui, pourquoi reproduire des choses aussi grave que la Seconde Guerre Mondiale ou des conflits modernes? On peut parler de travail de mémoire, pour faire prendre conscience à tout le monde de l'horreur de la guerre quelle qu'elle soit, mais ne nous voilons pas la face, le joueur ne fait pas un travail de mémoire quand il joue à Call of Duty. Il veut juste décalquer quelques centaines de gars. Mais ce serait oublier trop vite un certain point...

Si on extrapole un peu le statut numérique des ennemis, on se rend compte que ces derniers ont les mêmes instincts que nous (chasseur et surtout protection). Mais la différence tient dans le fait que l'adversaire est une entité faisant du mal aux nôtres pour le bien des leurs, alors que notre côté, nous souhaitons le bien de notre entourage sans pour autant porter atteinte à leur patrie (dans les jeux vidéo, en tout cas). Le joueur ne fait donc que réagir à une attaque, et se voit contraints d'agir pour défendre ses intérêts.

Même dans Call of Duty 4, qui prête pourtant à réfléchir, on agit à cause de terroristes qui font peser une menace nucléaire sur le monde, allant même jusqu'à tuer les leurs. Donc même si le jeu s'inspire de faits réels ou historique, la situation est toujours tourné pour donner l'impression aux joueurs d'agir pour le bien. Ce qui est gênant en soi, puisque pas représentatif de la réalité où les enjeux sont bien plus profonds que ce que l'on pense (l'exemple le plus simple étant la guerre en Irak qui partait soi-disant d'un souhait de libérer le peuple irakien, alors que ce sont des raisons pécuniaires qui ont motivé le conflit...). Encore un coup dans l'aile du devoir de mémoire, qui n'en est pas un si tous les éléments de la situation ne sont pas exposé. Attention, en disant ça, je ne protège absolument pas certains actes du côté des années 40, mais je dis juste qu'il faut parfois faire attention à la vision qui nous est exposée dans les jeux. Il peut même devenir dangereux de faire un parallèle entre jeux vidéo et réalité, puisque les premiers n'ont pas pour vocation d'éclairer sur la situation de la deuxième.

Car là où nous, nous nous amusons, des êtres humains meurent. Et quand on y pense, il y a de quoi être mal à l'aise. On reproduit, pour nous divertir, des évènements horribles qui ont coûté la vie à des milliers de personnes. Et pour le coup, je n'ai aucun argument à opposer. Quand, en faisant un tour sur le Net, vous tombez sur une news qui raconte comment un vétéran de la guerre actuelle en Irak, blessé au combat, a disparu de chez lui après une partie de COD 4 qui aurait rouverte ses blessures psychologiques, vous vous rendez compte de l'impact du réalisme des jeux vidéo et de l'horreur qu'ils dépeignent dans une ambiance de rigolade.

Les jeux vidéo violents font partie intégrante du média et je ne remet pas en cause leur légitimité. De même, je n'arrêterais pas moi-même d'y jouer. Mais il faut vraiment prendre conscience de ce que l'on nous montre, et garder à l'esprit que, parfois, des personnes vivent ce que l'on réalise virtuellement. De même, il ne faut pas résumer son état d'esprit à ce que nous représente les jeux vidéo, et se rappeler qu'en réalité, les situations de conflits sont bien plus compliquées qu'un simple "les gentils contre les méchants". Enfin, ce genre de titre n'est décidément pas destiné aux enfants qui ne font pas la part des choses, et il faudrait vraiment agir pour promouvoir la classification des jeux afin que les parents n'aient plus d'excuses pour offrir un GTA à leur enfant de 12 ans.

Sans trop me tromper, je crois pouvoir affirmer que la plupart des joueurs, et donc vous, sont conscients de ce problème et n'ont pas besoin de moi pour se le rappeler, mais je vous assure que ça fait du bien de remettre à plat les choses pour se rendre compte que certaines attaques sur la violence des jeux vidéo sont justifiées. Les jeux vidéo ne sont pas le diable, mais ils sont loin d'être parfaits.

Edit : Et puis, si on n'arrête de s'amuser avec ce qui peut déranger, on ne ferait plus grand chose.

PS : Ce sujet porte peut-être plus sur la violence intrinsèque de l'être humain que sur la violence dans les jv, mais le média permet en partie d'y voir plus clair dans les motivations de cette agressivité.

PS2: Je me suis surtout attardé sur les jeux de guerre et pas sur un GTA ou un Burnout car je considère que ces titres sont trop caricaturaux et ne se rapprochent pas assez de la réalité pour avoir le même impact qu'un COD 4. Même si certaines situations existent dans la réalité, on ne voit jamais un automobiliste écraser impunément des centaines de piétons sans raison...

4 commentaires:

Hell Pé a dit…

Pour info, Nintendo précise bien sur son site que c'est pour les jeux DS (en tout cas, je me souviens l'avoir lu avant de recevoir le joujou). Bon, de toute façon il marche aussi bien avec tout ce qui est un peu parallépiédique : bouquins, boîtiers NES, cartons de pizza...

Pigiste a dit…

ah...

Je mettrais cet oubli sur le compte de mon sens de l'observation aiguisé à la pâte à modeler

Neji46 a dit…

Plutôt intéressant ton article je trouve, mais je me demande si la classification permettrait vraiment de faire prendre conscience aux gamers que certains jeux demandent un minimum de réflexion personnelle.

Ce que je veut dire par là, c'est que la première pensée qu'on a quant on achète un jeu avec le sigle "+18", c'est qu'il va y avoir du sang et de la violence. Tout ce que tu auras abordé dans ta pige ne sera jamais vraiment compris par les joueurs ( du moins par la plupart ).

Le système des logos de la PEGI n'est, à mon sens, pas vraiment performant et n'a pas de raison d'être. Si il était accompagné d'une meilleure communication je ne dit pas ( pourquoi pas un feuillet supplémentaire dans les boites de jeu expliquant ce que tu relate dans ton article )... Même si cet ajout ne favoriserait pas forcement la réflexion de TOUT les joueurs, il rendrait au moins les choix des logos plus légitimes.

Pigiste a dit…

il manque clairement à la classification PEGI une campagne publicitaire et un meilleur suivi de la part des revendeurs. Mais pour ça, il faut de l'argent, et je suppose que ça bloque à un endroit ou un autre...