15 janvier 2008

Le mardi, c'est permis d'être atterré

Hier, tandis que j'étais au centre ville pour acheter la crème de la raquette de badminton (2 raquettes + 2 volants pour 10€), je me suis dit que ça valait le coup de passer voir si le magazine pour lequel j'ai écrit est sorti. Normalement, là, vous savez où je veux en venir...

J'ai donc acheté le dit magazine pour jeter un coup à mes premières publications. Mis à part quelques-uns des chapôs qu'ils ont modifié (celui de White Knight Story est bien mieux que celui que j'avais écrit), le reste est du 100% chiens écrasés, sans les bite-cul-chatte habituels, et en plus sérieux, quand même...

Si chez vous, vous aimez les énigmes, vous pourrez même vous amusez a essayé de deviner qui je suis en étudiant l'ours en détail. Mais 1. c'est pas marrant et 2. ça n'a aucun intérêt, donc jouez plutôt aux jeux vidéo.


Depuis Décembre, on assiste à une nouvelle vague d'anti-vidéoludisme. Entre l'association américaine des sodas et le boss de McDo UK qui mettent tout sur le dos des JV, l'hôpital a une sérieuse tendance à se moquer de vous savez qui. Et bien un nouveau concurrent est rentré dans la compétition en la personne de Kevin McCullough, journaliste politique sur Townhall.com.
Après avoir lu l'article de cnsnews.com complètement erroné sur le sexe dans les jeux vidéo (avec la scène de Mass Effect considéré comme pornographique, alors qu'elle n'est même pas érotique. Il dit aussi que le soft permet d'avoir de relations homo et hétérosexuelles en dehors du mariage, que "le jeu est clairement marketé pour les mineurs", ...), notre ami Kevin s'est senti poussé des ailes, et a pensé bon d'alpaguer l'attention des présidentiables américains sur le sujet du sexe dans notre industrie. Nous sommes habitués à ce genre d'allégations complètement fausses, mais vu la forme de son article, je suis obligé de vous traduire quelques passages.

"Ca s'appelle Mass Effect et ça permet aux joueurs - tous des hommes, sans aucun doute - de simuler la scène de sexe la plus réaliste jamais conçue. Chacun peut personnaliser la forme, le corps, la race, la coupe de cheveux, la taille de la poitrine de l'image qu'ils souhaitent voir "s'engager", pour ensuite regarder sur leur écran LCD HD clair comme de l'eau de roche et de 1,4m de diagonale la dite scène où les "personnes" du jeu roulent leurs bosses dans toutes les formes (mélange des genres, positions...) qu'ils souhaitent."

Faire tout ce que l'on souhaite? Il faudrait peut-être que je joue à Mass Effect, finalement... Et c'est dégueulasse, je n'ai pas encore reçu ma télé avec 1,4m de diagonale! Je vais porter plainte contre l'industrie.

Allez, mon passage préféré :

"Ensuite, il y a la malhonnêteté derrière le titre du jeu. "Mass Effect" sonne comme un jeu de guerre avec un virus mortel qui s'étend jusqu'à ce que les GI-Joes soient capable de réduire à néant cette démoniaque et mortelle substance et son plan de guerre secret. Par son design, les enfants pourraient demander d'avoir le jeu, ou d'avoir la carte de Best Buy (enseigne qui vend des produits électroniques aux USA) de leurs parents pour aller l'acheter [...]. [Le titre est] Générique, pas descriptif, et relativement inoffensif."

C'est vrai que pour les enfants, il vaut mieux une bonne guerre que de l'amour.

"Si j'ai du mal avec mon fils qui est un peu trop troublé emotionnellement par son jeu James Bond 007, imaginez le puissant effet des hormones dans ce mélange quand l'avatar du joueur copule comme un lapin avec des top-modèles, actrices et n'importe qui d'autres qu'ils passent du temps à créer, nommer, et "mettre en jeu"."

Si il avait joué au jeu, il saurait au moins qu'il ne crée pas sa partenaire dans le jeu. Mais bon, c'est plus pour l'avenir psychologique de son fils que je m'inquiète. Je me demande quel âge il a pour jouer à un jeu James Bond...

"J'entends déjà les "nay-sayers" (désolé, je ne sais pas ce que c'est, mais j'imagine...) clamer que je suis le fou et sauvage zélateur de la Bible que j'ai toujours été [...]"

Nous? Penser ça? Mais non...

"Si un pré-adolescent, un adolescent, un jeune adulte ou un homme adulte joue à ce genre de jeu dans lequel les femmes SE SOUMETTENT sans en avoir le choix, sont faites pour ressembler à des Barbies racoleuses et font tous les actes imaginables, comment éviter que ce mâle pensent que les femmes de son "autre monde" ne doivent pas être forcées de faire de même."

Rappelons que le jeu est interdit aux mineurs de par le monde, donc comme d'habitude, c'est aux parents de surveiller leurs enfants... Et si cette règle a été respectée, le jeune adulte et l'adulte qui en découlera sera équilibré et fera la part des choses.

"Nous savons maintenant grâce à de longues recherches sur les serial killers que l'usage abusif de la pornographie est un élément important dans chaque affaire - bien avant que l'interrupteur soit enclenché et que leurs imaginations masturbatoires les entraînent à forcer de véritables humains à faire ce qu'ils souhaitent"

Belle lecture de la mentalité des joueurs...

"Et à cause de l'ère digitale dans laquelle nous vivons - "Mass Effect peut être personnalisé pour sodomiser quoi que ce soit, qui que ce soit, de la manière que l'on souhaite, selon les choix du joueurs"

Il faut décidément que je joue à sa version du jeu.

"... le viol virtuel orgasmique ..."

Bon, qui a en fait glisser une copie d'Irreversible dans sa 360?

"... ce serait tellement rafraîchissant pour un Président de prouver à la nation que sa propre virilité n'est pas remettable en question, et qu'il mette son stylo et sa signature sur un projet de loi qui punit les créateurs de ces simulations sexuelles excessives de manière qu'ils ne s'en remettent jamais."

Je vous rappelle à tous que l'on parle d'une scène qui suggère sans montrer que deux personnes se rapprochent sentimentalement et font l'amour, acte qui amène parfois à la création d'une nouvelle vie. Dieu que c'est horrible.

"Avec la technologie qui continue de pousser les limites de l'imagination et de l'interaction, le cerveau, les émotions, les sentiments recevront de plus en plus une réponse physique dans la réalité. Et pendant que les créateurs de ces situations trashs semblent pousser notre prochaine génération de jeunes hommes vers les portes de l'Enfer aussi vite que possible, ça n'a pas besoin d'être comme ça."

Ca y est! On a réussi à ouvrir la porte des Enfers pour enfin déployer nos forces démoniaques et corrompre l'esprit de toute la jeunesse. Mouahahahahahahahahahah!

Imaginez l'effet de ce genre d'article sur quiconque ne connaissant pas les JV. C'est vraiment désastreux que des personnes écrivant de telles infamies, sans même prendre le temps de convenablement se renseigner avant, aient accès à une telle masse de lecteur. L'effet négatif d'Internet...

Mais je pense que son article parle de lui-même, et qu'il ne nécessite (mérite?) même pas d'être commenté.

3 commentaires:

blurtch a dit…

bravo pour le magazine,
tu bosses en ce moment?

Sdeput va...:D

Pigiste a dit…

pas encore... D'ici une poignée de semaines normalement. Suspense

Shane Fenton a dit…

Bravo pour l'article (et plus généralement pour le blog). J'avais moi aussi posté quelque chose pour parler de "l'affaire Mass Effect" (voir ici : http://gaming.kwyxz.org/?p=168 ), mais je n'avais pas entrepris de traduction détaillée de l'article de McCullough (j'avais même oublié le coup du "virtual orgasmic rape"). Merci de l'avoir fait, je pense que les lecteurs se rendront mieux compte des hallucinations du bonhomme.